Prendre de la hauteur en déléguant mieux

Tout manager désirant prendre de la hauteur, de l’ampleur et du galon a été confronté un jour à cette difficulté : déléguer plus. A défaut de disposer du don d’ubiquité, il n’est en effet pas possible pour le capitaine d’un bateau d’être à la fois à fond de cale pour ramer, à la barre pour gouverner et dans la vigie pour voir au loin. Il y a donc bien un moment où il va devoir lâcher une partie de ses anciennes attributions, de ses rôles précédents. Il va devoir contrôler de plus loin, déléguer plus, s’appuyer d’avantage sur ce que son équipe peut produire. C’est parfois à ce moment-là que se révèlent en lui de fortes réticences à renoncer au contrôle, toutes mieux argumentées et justifiées les unes que les autres. C’est généralement une période inconfortable au possible où, bien souvent, le manager se sent seul et tiraillé entre des contraires difficiles à concilier.